Une bonne performance en série pourrait faire de Marc Bergevin le DG de l’année

czfsdfs

Après avoir vu la première moitié de saison défiler assez rapidement, la LNH a connu son lot de surprises, qu’elles soient négatives ou positive. Commençant par les Blue Jackets et passant par les performances décevantes de certaines autres équipes, le classement ne ressemble en rien à ce que l’on aurait prédit au début de la saison. Et même avec ce que l’on a vu jusqu’à présent, il serait risqué de se lancer dans un jeu de prédiction pour la deuxième moitié de saison. J’aime les risques. Mais bon.

Prédictions à part, on peut soulever certaines questions qui valent la peine d’être posées sans toutefois trop rentrer dans les détails et dans les certitudes. Dans mon cas, quelques trucs m’intriguent concernant la prochaine remise de trophées, qui, je dois l’avouer, est encore très loin. Parmi ceux-ci : le trophée remis au directeur-général de l’année.

Une majeure partie des actions des directeurs-généraux pour améliorer leur équipe ont été effectuées cet été, au repêchage, à l’ouverture du marché des agents libres et via échanges. Le début de saison étant extrêmement tranquille niveau transactions, le reste sera évalué par leur décision de bouger ou non d’ici la date limite des transactions, mais surtout, les performances de l’équipe en séries éliminatoires.

Donc je me lance. Vous avez vu le titre. Est-ce que des bonnes (et longues) performances éliminatoires feront de Marc Bergevin le directeur-général de l’année ?

À priori, la question se pose à 100%. Mais ce ne sera pas facile (ce n’est jamais facile), puisque la compétition sera féroce avec le DG des Rangers, Jeff Gorton.

Jeff Gorton. Son travail lors de la saison morte a été exceptionnel. Transformer une équipe qui s’était fait sortir en première ronde et qui ne semblait aller nulle part en formation aussi dangereuse que les Blueshirts sont présentement.

Le seul point moins positif qui est inscrit à sa fiche serait la perte de Keith Yandle. Mais quand tu y penses un peu plus, Gorton a comblé cette perte en faisant selon moi une des acquisitions de l’été, Nick Holden. Un Nick Holden qui coûte 4,7 millions de dollars de moins que Yandle, et qui est en voie de doubler sa récolte de point de l’an dernier (projection d’environ 42 points). Tout ça contre un choix de quatrième ronde.

À part ça, l’acquisition de Mika Zibanejad, la signature de Jimmy Vesey ainsi que d’autres agents libres à prix très faible, comme Michael Grabner, sont tous d’excellentes acquisitions qui contribuent maintenant au succès que connaissent les Rangers.

Et de l’autre côté, vous connaissez l’histoire. Marc Bergevin a métamorphosé une équipe qui s’était effondrée en l’absence de Price. Une équipe qui manquait de leadership et de talent sans la présence de leur gardien. Il a transformé son équipe si bien qu’aujourd’hui, malgré des tonnes de blessés, le Canadien conserve le premier rang de sa division, et ce avec un Carey Price qui n’est pas au sommet de sa forme. Que voulez-vous de plus ?

Bref, si le Canadien réussit à se rendre loin en séries cette année, il est très pertinent et pas si risqué d’affirmer que Marc Bergevin pourrait être parmi les finalistes du directeur-général de l’année pour la troisième fois de sa carrière, et qui sait, revenir à Montréal avec son nom gravé sur le trophée.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s